Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Moneris en première ligne de la transformation numérique

La transformation numérique et l’innovation que Moneris apporte au secteur de la comptabilité et de la fiscalité abordées dans un article du journal économique en ligne ECO.

L’automatisation, l’intelligence artificielle, la mobilité numérique, sont tous de nouveaux concepts pour un secteur conservateur en matière de technologie. Les paroles du président de Moneris, Carlos Oliveira, résument bien la nouvelle devise dans laquelle moneris vit.

« Transformer Moneris en une [que constituem hoje a empresa] entreprise technologique où les experts sont à la disposition de leurs clients plutôt que d’être coincés dans des procédures administratives »

Carlos Oliveira, président Moneris

Lire l’article d’Eco dans son intégralité ici

Article Echo:

Les défis de la transformation numérique dans le secteur comptable

La fonction comptable est-elle menacée par l’automatisation ?

La transformation numérique pose également des défis au secteur comptable, et la solution est d’innover et de recentrer l’activité.

L’ère de la transformation numérique est là et il n’y a pas de secteur d’activité qui est à l’abri de celui-ci – et bon. Si, d’une part, l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique et la robotique peuvent être considérés comme des menaces pour certaines professions, la vérité est qu’elles peuvent aussi – et devraient – être exploitées par les organisations comme des opportunités de croissance, d’innovation et d’une plus grande l’efficacité des processus.

Dans le cas du secteur comptable, les défis semblent s’accroître, car c’est déjà en janvier 2020 que les nouvelles Normes internationales d’information financière (IFRS) entreront en vigueur, dans le cadre de l’examen du projet de taxonomie IFRS.

Réalisé par l’International Accounting Standards Board (IASB), le projet vise à homogénéiser la manière dont l’information financière est présentée.

Cela signifie que toutes les sociétés cotées sont tenues de soumettre leur rapport financier annuel en format électronique ou numérique.

Le secteur comptable portugais est-il prêt à relever ce défi ?

À l’avant-garde de l’automatisation

Dans le cas de Moneris, l’adaptation à l’ère numérique se fait avec optimisme et naturel, en mettant l’accent sur les technologies sur la base de la construction de ce spécialiste de la comptabilité et du soutien à la gestion.

« L’innovation est dans notre ADN »,résume Carlos Duarte de Oliveira, président de Moneris.

Preuve en est les différents projets qui ont été mis en œuvre pour suivre les développements technologiques, à savoir le développement d’une automatisation des processus robotiques (RPA) qui fonctionne déjà dans plusieurs de ses unités d’affaires.

Ces robots permettent de soulager la charge de travail et le temps des comptables consacrés aux processus administratifs, afin qu’ils puissent se consacrer à d’autres tâches à valeur ajoutée pour le client.

« Ces processus de transformation numérique permettent transformer Moneris en une entreprise technologique, où experts [que constituem hoje a empresa] sont à leur disposition clients plutôt que d’être coincés dans des procédures administratives », explique Carlos Duarte Oliveira.

Le comptable sera-t-il remplacé par des robots ?

Moneris défend une position claire : non. Mais il met en garde contre la nécessité de comprendre les changements profonds que cette innovation technologique apporte aux professionnels du domaine.

Grâce à ces nouveaux processus d’automatisation, les erreurs sont atténuées, la productivité, l’efficacité et, surtout, l’activité du comptable est re-formé à ce qu’un robot ne peut pas faire: l’analyse et les conseils des clients dans le processus de prise de décision.

Un autre des projets dans lesquels le spécialiste comptable parie sur l’ampleur de la transformation numérique est la dématérialisation, à travers l’outil OMNIAde Primavera.

Selon Rui Almeida, PDG de Moneris, l’un des défis de l’entreprise est la gestion délocalisée de ses 300 employés, répartie sur 10 districts, ce qui rend les processus de ressources humaines plus complexes.

Grâce à cet outil agile,« les processus sont aujourd’hui d’une manière dématérialisée, complète ment débureaucratisée, mettant l’employé la possibilité de cormantising dans le gestion de sa carrière », révèle Rui Almeida.

Retour haut de page