Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

TVA : autorégulation de la transmission des biens et services forestiers

Le décret-loi no 165/2019 du 30 octobre a modifié le Code de la TVA, instaurant un mécanisme de rupture de TVA pour certaines transmissions de produits forestiers, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2020.

Ce mécanisme consiste en l’application de la charge d’inversion, la cuve étant réglée, qui est due à certaines transmissions de biens forestiers, à effectuer par l’acquéreur concerné, à condition qu’il s’agisse d’une personne imposable l’impôt ayant droit à une déduction totale ou partielle.

En même temps, l’obligation d’autofacturation a été introduite dans les transactions dans lesquelles les personnes imposables acquièrent ce type de biens à des particuliers qui, par leur transmission, deviennent des obligations fiscales.

Ainsi, les articles 2, 19, 29 et 36 du Code de la TVA ont été modifiés pour la mise en œuvre de cette nouvelle mesure, les instructions et les règles d’application contenues dans le Bureau de circulation No: 30217, 2019-12-23, publié par le TAX MANAGEMENT AREA-VAT.

Qui est soumis à l’inversion de la personne imposable

L’inversion de la personne imposable prévue au point (m) de l’article 2(1) du Code de la TVA s’applique aux personnes imposables ayant un siège social, un établissement permanent ou un domicile sur le territoire national et des transactions de pratique ayant droit à une déduction totale ou partielle lorsqu’ils achètent du liège, du bois, des pommes de pin et des pignons avec de l’écorce située sur le territoire national.

Cela signifie que l’acheteur, personne imposable, règle la TVA qui est due dans ces transactions.

Quels sont les biens qui sont assujettis à l’inversion de la personne imposable?

Le mécanisme d’inversion de la personne imposable prévu à l’article 2(1) du Code de tva s’applique aux transmissions de liège, de bois, de forêts de pins et de pignons avec de l’écorce.

À cette fin, il est considéré comme:

  • Liège: produit résultant de l’extraction de la coque au chêne-liège, qui n’a fait l’objet d’aucune transformation, y compris la cuisson;
  • Bois: produit résultant de l’abattage, de l’élagage ou du nettoyage des plantes ligneuses, y compris leur surplomb, qui n’a fait l’objet d’aucune transformation au-delà de la coupe. Ce concept couvre le bois de chauffage, ainsi que les sparations, les bidonvilles et autres excédents de légumes résultant de la ferme ou de la foresterie correspondante;
  • Cônesde pin : Forêts de pins, dans n’importe quel état (vert ou sec);
  • Pinhon aboyé: graine de pin doux, pelée.

OBLIGATION DE FACTURATION ET DE RÈGLEMENT DE LA TAXE
Lorsque le cessionnaire est une personne imposable qui exerce une activité de caractère habituel.

Selon la règle d’inversion de la personne imposable, le vendeur des marchandises émet une facture sans règlement de TVA, qui doit contenir l’expression « TVA – auto-règlement ». À son tour, l’acquéreur règle l’impôt dû par acquisition, en appliquant les frais en vigueur, et le règlement peut être fait sur la facture émise par le fournisseur ou dans un document interne émis à cette fin.

La taxe ainsi réglée donne droit à la déduction conformément à l’article 19(1) c) du Code de la TVA, sans préjudice de l’article 23 de ce Code, dans le cas d’une personne imposable ayant des restrictions au droit de déduire.

Lorsque le cessionnaire devient une personne imposable pour effectuer l’une des transactions mentionnées au point (m) de l’article 2(1) du Code de la TVA

Dans de tels cas, il appartient à l’acheteur de rédiger la facture ayant droit à la transaction et de régler l’impôt correspondant dans le même cas, ce qui donne droit à la déduction conformément à ce paragraphe ci-dessus.

Les contraintes prévues à l’article 36(11) du Code de la TVA ne s’appliquent pas, aucun accord ou preuve préalable n’est requis pour que le cessionniste des marchandises ait pris connaissance de la question de la facture et ait accepté son contenu.

Compte tenu de l’article 5(1) et de l’article 7(4) du décret-loi no 28/2019 du 15 février, ces factures sont émises au nom et au nom du émetteur, dans une série commodément référencée, et doivent être datées et numérotées progressivement et continuellement pour une période d’au moins un exercice.

OBLIGATIONS DÉCLARATIVES
Compte tenu des changements constatés et lorsqu’il s’agit de remplir des déclarations périodiques, il convient d’observer ce qui suit :

  • Lorsque le cessionnaire est une personne imposable du régime normal exerçant une activité de nature coutumière, il entre ces transactions dans le champ 8 du tableau 06 de la déclaration périodique de TVA.
  • Lorsque le cessionnaire devient une personne imposable pour effectuer l’une de ces transactions et que sa valeur est égale ou inférieure à 25 000 euros, il n’y a pas d’obligation déclarative en cuve.

Lorsque cette valeur dépasse 25 000 euros, le cessionnaire doit fournir une déclaration de démarrage (conformément aux articles 31 et 35 du Code de la TVA) avant d’effectuer l’opération, marquant à cet effet le champ 7 de son tableau 08. Dans de tels cas, il n’y a aucune obligation de délivrer la déclaration de TVA périodique.

L’acheteur
Étant donné que l’acheteur est responsable du règlement de l’impôt en appliquant l’inversion de la personne imposable, les montants respectifs sont inscrits dans la déclaration périodique, dans les champs 1 ou 3 (assiette fiscale) et 2 ou 4 (impôt réglé), le tout dans le tableau 06, selon le taux applicables aux marchandises.

En même temps, vous pouvez entrer la taxe déductible dans les champs 21, 22 ou 24, tous du tableau 06, selon les stocks (stocks) ou d’autres biens et services.

Enfin, dans le cas d’opérations qui, malgré l’obligation légale de régler la taxe, ne font pas partie du chiffre d’affaires du déclarant, son montant imposable doit encore être inscrit au tableau 06A de la déclaration périodique.

S’il n’y a pas de champ spécifique à cette fin et jusqu’à ce qu’il soit créé, ce montant doit être inscrit dans le champ 105 (Emission de gaz à effet de serre) de ce Cadre.

Article préparé par le Comité Technique Fiscal de Moneris

Retour haut de page