Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Soutien aux entreprises – Soutien extraordinaire au maintien des contrats de travail en situation de crise des entreprises (« Régime simplifié de mise à la source »

Le gouvernement a mis en place un régime simplifié de mise à la source en cas de suspension de l’activité liée à l’épidémie de COVID-19 et en cas de « crise commerciale » éprouvée.

Ce régime prévoit des représailles illiquade au travailleur de 2/3 de sa rémunération normale des illiquids, jamais inférieure à la RMMG (635 euros) et avec une limite maximale de 3 RMMG (1 905 euros), d’une durée d’un mois, dont 70 % ont été garantis par le Sécurité sociale et 30% assurés par l’employeur.

Dans le même temps, un système simplifié de mise à feu sera mis en œuvre avec la formation, qui, dans le cadre du dispositif de mise à feu simplifiée susmentional avec la formation, s’ajoutera une subvention de formation de 30 % x Soutien social Indexante (131,64 euros), la moitié pour le travailleur et la moitié pour l’employeur (65,82 euros).

Ce soutien peut être exceptionnellement, l’allongement mensuel, jusqu’à un maximum de 6 mois, seulement où les employés de l’entreprise ont pris la limite maximale de congé annuelle et où l’employeur a adopté les mécanismes de flexibilité heures de travail prévues par la loi.

Lla l’employeur doit communiquer, pour un écrit, aux travailleurs, la décision de demander un soutien extraordinaire à la maintien des emplois, indiquant la durée prévisible, après avoir entendu le délégués syndicaux et comités de travailleurs lorsqu’ils existent, se référant à demande à l’Institut de la sécurité sociale, I. P. (ISS, I.P.), accompagné d’une déclaration de l’Administration et du Certificat de l’Agent Comptable certificat, ainsi qu’une liste nominative des travailleurs couverts et numéro de sécurité sociale.

Les deux soutiens seront soutenus par l’Institut pour l’emploi et la formation professionnelle (IEFP).

L’employeur qui reçoit cette mesure peut demander au travailleur d’exercer, sur une base temporaire, des fonctions non incluses dans le contrat de travail, à condition que cela n’entraîne pas de changement substantiel dans la position du travailleur et qu’il soit orienté vers viabilité de l’entreprise.

Retour haut de page