Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Exonération de la TVA sur les transferts intracommunautaires de biens

Nouvelles exigences requises à partir du 1er janvier 2020 au preuve/bénéfice des exonérations de TVA dans les transmissions biens intracommunautaires

Nouvelles exigences requises à partir du 1er janvier 2020 au
preuve/bénéfice des exonérations de TVA dans les transmissions
les biens intracommunaunaires.

Lla Directive du Conseil (UE) 2018/1910 du 4 décembre régissant l’exonération de TVA prévue à l’article 138(1) directive 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006, qui correspond, dans la législation nationale, à la L’article 14 de l’IIT a adhéré à un nouveau paragraphe 1a dont l’entrée en vigueur aura lieu dans tous les États membres le 1er janvier 2020.

L’article 45a a également été ajouté au règlement d’entrée en œuvre (UE) No 282/2011 du 15 mars, l’article 45a, qui établit de nouvelles règles, généralement mises en œuvre dans tous les États membres, en vue de prouver les exigences nécessaires à l’exonération de la TVA dans les transmissions intracommunautaires de marchandises.

Ainsi, à partir du 1er janvier 2020, la preuve documentaire est particulièrement importante dans le contexte de ce type d’opérations.

Essentiellement, les nouvelles exigences requises à partir de 2020 pour prouver/bénéficier des exonérations de TVA dans les transferts intracommunautaires de marchandises sont les suivantes :

Exigences actuellement requises pour les exonérations de TVA dans les transferts intracommunautaires de marchandises

Les transmissions de marchandises effectuées par une personne imposable de TVA ne peuvent bénéficier que de l’exemption mentionnée à l’article 14 (a) de l’ITR, à condition que les conditions suivantes soient remplies :

  • les marchandises sont expédiées ou transportées par le vendeur, l’acheteur ou pour le compte du vendeur, du territoire national vers un autre État membre; Et
  • L’acheteur est enregistré à des fins de TVA dans un autre État membre, a indiqué son InFR et y est couvert par un système d’imposition des achats intracommunautaires de marchandises.

La lettre distribuée no 30 009/1999 de la Direction des services de TVA a défini la documentation valide pour prouver l’exemption prévue à l’article 14(a) de l’ITR, en tenant compte des moyens alternatifs suivants :

  • les contrats de transport conclus;
  • les factures des transporteurs;
  • Guides d’expédition; Ou
  • La déclaration, dans les États membres de destination des marchandises par leurs acquéreurs, y a fait les acquisitions intracommunautaires correspondantes de marchandises.
Nouvelles exigences requises à partir du 1er janvier 2020

En vertu de la directive du Conseil (UE) 2018/1910 du 4 décembre, l’exonération de TVA prévue à l’article 138/112/CE de la directive du 28 novembre 2006 exige désormais la vérification des conditions suivantes :

  • les marchandises sont fournies à une autre personne imposable ou à une personne morale qui n’est pas une personne imposable agissant à ce titre dans un État membre autre que l’état de départ de l’expédition ou du transport des marchandises;
  • La personne imposable ou une personne morale qui n’est pas une personne imposable à qui la livraison est effectuée est enregistrée à des fins de TVA dans un État membre autre que l’état membre de départ de l’expédition ou du transport des marchandises et a communiqué que le numéro d’identification de la TVA au fournisseur.

La même directive (UE) 2018/1910 faisait référence à l’article 138 de la directive TVA un paragraphe 1a, qui vient de déterminer que l’exemption prévue au paragraphe 1 ne s’applique pas:

  • lorsque le fournisseur n’a pas rempli l’obligation relative à la présentation d’une carte sommaire; Ou
  • La carte de récapitulation présentée par elle ne contient pas les informations correctes relatives à cette livraison, à moins que le fournisseur ne puisse justifier dûment ce manquement à la satisfaction des autorités compétentes.

Les États membres appliquent ces dispositions à partir du 1er janvier 2020, de sorte que les informations sur les cartes recompétentes et leur livraison deviennent fondamentales pour l’application des exonérations de TVA dans les transactions intracommunautaires de marchandises.

Moyens de preuve d’une transaction intracommunautaire de marchandises

L’article 45a a également été ajouté au règlement d’application (UE) no 282/2011 du 15 mars, article 45a, qui précise ensuite qu’aux fins de l’application des exemptions susmentionnées, il est présumé que les marchandises ont été expédiées ou transportées d’un État membre hors de leur territoire, mais dans la Communauté dans l’un des cas suivants :

  • Le vendeur indique que les marchandises ont été transportées ou expédiées par lui, ou par des tiers agissant pour son propre compte, et qu’il est en possession d’au moins deux éléments de preuve non contradictoires délivrés par deux parties indépendantes l’une de l’autre, le vendeur et le confirmer le transport ou l’expédition; Ou
  • Le vendeur est en possession d’une déclaration écrite de l’acquéreur indiquant que les marchandises ont été transportées ou expédiées par lui, ou par des tiers agissant pour le compte de l’acheteur, mentionnant l’État membre de destination des marchandises et la date d’émission, le nom et l’adresse du la quantité et la nature des marchandises, la date et le lieu d’arrivée des marchandises et, dans le cas des livraisons de moyens de transport, le numéro d’identification des moyens de transport et l’identification de la personne acceptant les marchandises au nom de l’acheteur.

L’acheteur doit fournir au vendeur la déclaration écrite, mentionnée ci-dessus, jusqu’au dixième jour du mois suivant celle de la livraison.

Les éléments suivants sont acceptés comme preuve de transport ou d’expédition :

  • Les documents relatifs au transport ou à l’expédition des marchandises, comme une déclaration d’expédition Signée CMR, une connaissance de l’embarquement, une facture de fret aérien ou une facture émise par le transporteur de marchandises;
  • une police d’assurance relative au transport ou à l’expédition de marchandises bancaires ou de documents prouvant le paiement ou l’expédition des marchandises;
  • Documents officiels délivrés par une entité publique, par exemple un notaire, confirmant l’arrivée des marchandises dans l’État membre de destination; Ou
  • Un reçu délivré par un dépositaire dans l’État membre de destination, qui confirme le stockage des marchandises dans cet État.

Doutes.

Notre équipe de consultants en comptabilité et en fiscalité peut vous aider. Consultez nos professionnels.

Retour haut de page